Affranchi du masque du moi

Publié dans Rencontre avec Jésus

masque

 

Je m’appelle Elizabeth, je suis la dernière d’une fratrie de 3.

Je suis née et ai grandi dans une famille évangélique protestante, de ce fait très tôt j’ai été en contact avec la parole de Dieu (la Bible). Ce qui a conduit au baptême quand j’avais l’âge de 2-3 ans suivi par la confirmation des années plus tard. (Sacrement religieux).

J’ai eu une enfance particulière n’ayant pas une véritable complicité  avec mes aînés vu l’écart d’âge. 7 ans entre mon grand frère et moi et 4 ans entre ma grande sœur et moi. Par conséquent on n’avait pas les mêmes occupations et je me sentais donc seul. Cette solitude à donné naissance à l’amour de la télé. Je pouvais passer des heures devant la TV à regarder les BD (j’en étais fan), films, séries, …

Bien sur a force de passer du temps à regarder la TV cela a ouvert les portes à la paresse : étant donné que je ne voulais pas perdre un bout de films alors je lâchais cette fameuse phrase « Je suis fatiguée » lorsque l’on me demandait de faire quelque chose comme cela se sont les autres qui feront le boulot à ma place. Bien évidemment cela a impacté mon travail scolaire car je ne ramenais pas de très bonne note. Et très vite l’on se mit à me comparer à ma grande sœur qui est brillante et des fois à mes cousins. Au lieu de voir l’amour caché derrière cela, le souci de mes parents de me voir changer afin de me battre j’ai plutôt vu le contraire malheureusement. Et je m'enfonçais de plus en plus. C’est ainsi que le vol a pris place dans ma vie, certes je ne volais pas de grande somme même si ce sont des petites sommes le vol reste le vol. Et il fallait donc bien couvrir tout cela et la meilleure solution que j’ai trouvée c’est le mensonge. Plus je grandissais, plus les choses évoluaient dans le mauvais sens bien sûr. J’ai été attiré à regarder les films pornographiques ce qui a bien évidemment débouché à la masturbation. Au fond de moi je savais que c’était mal mais je fus néanmoins encourager à continuer à pratiquer cela lorsqu’un jour je tombais sur un magazine (je ne me rappel plus du titre) mais dans ce magazine il y avait un article écrit par un médecin qui faisait comprendre que c’est bien de se masturber car cela permet de voir comment ton appareil génital fonctionne.

Mais ce qui me faisait le plus souffrir c’était la comparaison et les réprimandes que mes parents me faisaient ce qui fait en sorte que je me suis forgée une image de moi que je devais désormais afficher. En d’autre terme montrer une Elizabeth qui sait tout, qui connaît tout, qui est parfaite donc on ne peut rien m'apprendre. Afin de ne plus souffrir. Voilà comment l’orgueil à pris la place dans mon cœur à côté du mensonge, vol, colère, méchanceté, violence, masturbation, rancune

Voilà ce qu’était ma vie….

En 2000, j’ai fait la connaissance de Gislaine  et Sorella au collège Adventiste de Yaoundé (Cameroun) (CAY) on s’est lié d’amitié. J’ai évolué avec Gislaine jusqu’en Terminale C (scientifique) vu que Sorella a dû changer d’établissement suite au fait qu’elle avait déménagé mais on est resté en contact.

La première année, Gislaine et moi avons échoué au baccalauréat C. Gislaine est partie reprendre dans un autre établissement vu que sa famille avait déménagé. Moi je suis donc restée à reprendre au CAY. Cette année-là j’ai échoué encore le baccalauréat pour la 2ème fois et Gislaine l’a eu. Elle est donc venue me voir et me conseiller d’aller tripler la terminale là où elle avait redoublé car l’enseignement là-bas était meilleur qu’au Collège Adventiste. J’ai donc suivi son conseil: je suis allée et je me suis inscrite au COMON (collège catholique père Monti). Et pour ne pas me retrouver seule, Gislaine m’a mise en contact avec des personnes qu' elle a rencontrées mais qui n’avaient pas eu le Bac.

A la rentrée, je suis entrée donc en contact avec eux, il y avait 2 filles et 1 garçon.  Et ce garçon n’arrêtait pas de me parler de Dieu. Il le faisait presque chaque jour mais je ne l’écoutais pas ou du moins je faisais semblant de l’écouter. Il me disait comment il est important d’avoir une relation avec Christ d’avoir un suivi par un pasteur. Je lui répondais que je suis déjà baptisé confirmé je pars à l’église et que c’est suffisant. Il est donc allé voir Gislaine pour lui faire le compte rendu (je ne savais pas que Gislaine était devenue chrétienne). Quelques jours plus tard, elle m’appelle et me demande pourquoi est-ce que je ne prends pas en considération ce qu’on me dit à propos de Dieu. Je trouvais de fausses excuses et j’ai très vite changé de sujet de conversation.

Un samedi je suis allée rendre visite à Gislaine et Sorella au campus de l’université catholique vu qu’elles étaient ensemble dans cette université. Et je fus surpris de les voir louer Dieu, le chanter et la façon dont elles parlaient de Lui. C’est en ce jour-là que j’ai su que Gislaine et Sorella avaient rencontré Jésus. Et je me suis rendu compte que moi, baptisée, confirmée je n’avais pas cette même joie là. Ce fut le premier déclic mais après c’est passé.

En novembre 2004 plus précisément le 12 le grand frère de ma mère (tonton Jacob) était venu sur Yaoundé dans le cadre de son travail il était donc question qu’il passe la nuit et le week-end avec nous avant de reprendre la route pour DSCHANG (une ville de l'ouest Cameroun) le dimanche matin.

On a passé un bon moment en famille et le dimanche, il a repris la route. Il nous a informé qu’il est bien arrivé chez lui. Mardi 16 novembre 2004, lorsque je rentrais de l’école, j’ai vu plusieurs voitures garées à l’entrée de la maison. Je pensais tout de suite que ma mère avait reçu ses amies pour une réunion et que certainement il y aurait à manger. Et je lui en voulais déjà dû fait de ne pas m'en avoir pas averti plus tôt. Comme on refaisait la peinture à la maison on avait dû enlever les rideaux du salon et ouvrir les fenêtres pour laisser sortir l’odeur de la peinture ce qui me permit de constater qu’il y avait effectivement du monde. Dès que j’ouvris la porte et que ma mère me vit, elle s’écroula à terre en me disant tonton Jacob est mort. Je n’en revenais pas et je me suis mise à pleurer et l’on m’expliqua qu’il était mort sur le coup suite à un accident de voiture. Durant le reste de la semaine je pleurais et je n’arrivais pas à croire que je ne le verrai plus.

Je ne voulais même plus dormir dans ma chambre vu que c'est là qu'il dormait (du fait que l'on avait refait la peinture dans la chambre des invités) par peur d'être visité par son fantôme. Donc je dormais au salon.

Samedi 20 novembre, pendant que je pleurais, j’ai entendu une voix qui m’a dit: “Si tu meurs aussi brusquement que lui, où iras-tu ? En enfer ou au paradis ?” Après cette question posée, j’ai vu ma vie défiler comme un flash devant mes yeux et à la fin j’ai répondu: “l'enfer” et le simple fait de le prononcer me fit mal, très mal et je me mis à pleurer car je me disais moi baptisé confirmé je vais aller en enfer car ma vie ne reflétait pas vraiment la vie de Christ vu qu'étant empli de péché (vol, mensonge, méchanceté…. )

Le lundi qui suivait je suis donc allée voir le garçon qui me parlait trop de Dieu qu’on avait surnommé petit Pasto et je lui ai expliqué ce qui m’est arrivé. Il m’a dit que j’avais besoin de venir à Jésus. Mais je ne voulais pas le faire en classe car j'avais honte de le faire devant les camarades de classe. Je le fis à la maison ce qu’il m’avait demandé de faire. Immédiatement je n’ai pas éprouvé de paix mais quelque mois plus tard le zèle m’a sais j'ai commencé à saisir l'amour de Dieu pour moii: j’ai commencé à lire la Bible, chanter, écouter les enseignements. J’avais soif de prêcher l’évangile autour de moi car je voyais ces personnes sans Christ aller en enfer je voulais bien parler mais je n’arrivais pas à le faire. Vu que cela me dérangeait beaucoup j’ai acheté un livre par rapport à cela. Et Dieu me fit grâce car il a permis que je puisse libérer l’évangile et j’ai donc commencé à prêcher l’évangile autour de moi car je voulais que tout le monde autour de moi puisse écouter l’évangile et soit sauvé.

Après avoir accepé Jésus, il me délivra de la pornographie et la masturbation.

Et Dieu dans sa grâce me bénit en 2005 avec le baccalauréat C malgré que cela n'était pas évident et je croyais même que je ne devais pas l’avoir c’est pour cette raison que je lui ai dédié la réussite du baccalauréat. 

Pourquoi je dis cela car pendant le deuxième jour de l’épreuve j’ai eu mes menstrues et comme elles étaient très douloureuses de ce fait, je n’ai pas pu bien composer l’épreuve de mathématiques à cause de la douleur dont je souffrais bien que j’avais pris les médicaments. J’avais tellement mal qu’à la fin c’est même le surveillant qui est venu récupérer mes feuilles. Et je priais seulement que je n’ai pas de note éliminatoire et aussi  vu que la mathématique est la matière qui à le plus gros coefficient et je ne voyais comment combler ce grand vide.

A l’approche des résultats je n’étais pas sereine vu que je n’avais pas bien composé et la pensée d’échouer une 3eme fois traversa mon esprit. Pendant que j’écoutais la radio (vu qu’en ce moment là au Cameroun on lisait les noms de ceux qui ont réussi le bac par centre d’examen à la radio) une de mes camarade m'appelle pour me dire de ne plus écouter la radio. Surprise je lui demande pourquoi elle me répond parce qu’elle vient du collège et on a affiché les noms (normalement on lit les résultats avant de les afficher) et qu’elle a vu mon nom que j’ai réussi. Je n’en croyais pas mes oreilles mais la vérité c’est que j’avais bien réussi mon bac Dieu m’avait fait grâce. Et quand j’ai pris mon relevé de bac j’ai vu que j’avais juste la note qu’il fallait pour ne pas être éliminé en mathématique et que dans les autres matières j’avais suffisamment les points (même la ou je n’espérais pas) pour combler ma note en Mathématique. J'ai été très reconnaissante au Seigneur. Après ce succès en 2005, je partis en Allemagne afin de poursuivre  mes études.

Mais dans ma vie ça n’allait pas, bien que je veuille me convaincre du contraire. Surtout que je n’avais pas une personne qui me tenait par la main pour m’aider à grandir dans ma foi. 

En Juillet 2008 je suis entrée dans les eaux du baptême par obéissance au Seigneur. 

C’est en rencontrant mon mari en 2008 que j’ai commencé à réaliser qu’il y avait certaines choses dans la vie d’un croyant qui ne devrait plus être surtout s’il a rencontré véritablement Jésus Christ. Car Jésus est venu pour ôter le péché  du monde. Donc il est hors de question que tu dises que tu es croyant et que tu continues à manifester les péchés que tu faisais avant de le rencontrer.

Mais comme j’étais trop rempli de moi-même (orgueil), je ne tenais pas vraiment en considération ce qu’il me disait: j’étais dans une séduction totale. Jusqu’en 2016 où les choses ont commencé à se dégrader dans ma vie sur tous les plans: je ne me retrouvais plus du tout, c’est comme si je tournais en rond sans savoir où je vais, ce que je fais. Bref j’étais perdue et je ne trouvais pas ma satisfaction en Jésus. J’en ai parlé avec mon mari et il m’a fait comprendre que je vis avec un masque et que je dois faire tomber tous les masques et sauver ainsi mon âme. C’est clair ce n’était pas la première fois qu’il me le disait mais cette fois ci cela trouvait écho dans mon cœur.

Et lorsque j’ai commencé à comprendre et à vouloir faire tomber tous les masques, alors j’ai réalisé que j’étais dans la fosse la plus profonde et que seule la main de Dieu pouvait me faire sortir de là, bien sûr, avec mon accord.

Alors je décidais de prendre quelque jours de retraite loin de tout, du monde, de mon mari, de mes enfants, pour être seule avec Dieu, lui ouvrir tout mon cœur et faire tomber tous les masques qui jusqu’à présent m’ont empêché d’avancer, de demander pardon et de plaider pour une restauration dans tous les aspects de ma vie: en résumé, Lui offrir ma vie. C’est ce que j’ai fais du 22 au 25 décembre 2016. Dieu a été fidèle et je crois de tout mon cœur qu’il m’a écouté, pardonné ma folie et m’a restauré.

Et j’ai vu comment au fil des années il a transformé mon caractère. Le mensonge ,le vol. Et j’ai opéré les restitutions suite à cela.

Gloire à DIEU qui est bon et qui nous aime

Sr Elizabeth

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Contact Info

CMCI SUD FRANCE
2 Chemin du pigeonnier de la cépière Bat D Rez de chaussé
31100 Toulouse, France

Mail : contact @cmcisudfrance.org
Bureau : +33(0)5.62.17.76.50
Mobile : +33(0)6.60.35.05.81

 

Conquête du Monde

We Support World conquest