Une vie un temoignage

  • De la célébrité à la croix

    Lorsque j’ai eu mon BEPC (Brevet d’Études) je suis allé poursuivre mes études à Yaoundé au Cameroun, au lycée de Biyem-assi (une banlieu de Yaoundé). C’est en classe de 2nde que pour la première fois j’ai fait des avances à une fille de manière solennelle. C’est aussi dans cette classe que pour ma première fois j’ai eu l’occasion d’ouvrir la parole de Dieu car le groupe les GEDEONS (sic : une association de chrétiens distribuant gratuitement des portions de la Bible dans les collèges, lycées, prisons et hôtels dans le monde) nous avait distribué les nouveaux testaments et en plus nous avions un cours de religion. Je me réclamais enfant de Dieu mais mes œuvres disaient le contraire. Je me suis inscrit à la catéchèse pour recevoir le baptême ce que j’ai fait. Pendant que je lisais le nouveau testament, des chocs ont commencé à naître dans mon cœur: je ne trouvais pas la base biblique de certaines doctrines qui m’étaient enseignées comme le signe de croix, le purgatoire… etc. Et je me suis mis donc à me poser beaucoup de questions. J’en ai posé même au curé de ma paroisse qui n’a pu me répondre. De plus en plus j’étais Read More
  • De la religion à Christ

    Je sais que l’Éternel a de grands projets pour moi, sinon je ne serais déjà plus de ce monde. En quelques mots, ma maman avait déjà avorté 3 fois avant moi et je devais être le 4ème. Mais pour une fois le bus était à l’heure ce jour-là et ma maman l’a raté elle s’est donc dit que c’était un signe qu’elle devait garder le bébé et n’est plus partie à l’hôpital. J’ai eu plusieurs accidents de la route et il ne restait rien des voitures. Et moi je n’avais même pas une égratignure. Un jour, le sol s’est effondré devant mes yeux à un endroit où je devais être ; c’est une grosse averse qui m’avait empêché d’être à cet endroit à ce moment-là. Je vous assure, frères et sœurs c’est par la Grâce Divine que je suis encore parmi vous aujourd’hui. En 2008, je venais de me faire arnaquer par une ivoirienne, une de ses amies Camerounaise me demande si je peux aider son oncle qui cherche une adresse. J’accepte de le rencontrer en me disant que je vais le faire payer pour l’adresse et ainsi, récupérer un peu ce que l’ivoirienne m’avait pris. Je le rencontre donc et Read More
  • Une vie vide comblée par Jésus-Christ

    Bien avant de donner sa vie à Christ, nous avons eu un fils, trois jours après l’accouchement, elle a dû voyager pour l’Italie. Loin de moi, elle a pu se consacrer entièrement au Seigneur. De mon côté, étant resté au Cameroun, j’ai continué à lui être infidèle. Un an plus tard, c’était à mon tour de partir pour la France. L’Europe a développé chez moi une grande solitude, et étant très difficile d’avoir des copines, la masturbation s’est amplifiée dans ma vie. Ma relation avec Dieu était inexistante : quand on me parlait de Dieu, l’orgueil m’envahissait et je durcissais mon cœur sous le prétexte que ceux qui me prêchaient la parole étaient des hypocrites qui jugeaient les gens sans connaître leur vie. Et pourtant je savais que la parole qu’ils m’annonçaient était vraie. Je connaissais au plus profond de moi la vérité de l’amour et du pardon de Dieu, mais j’étais encore trop attaché à mes désirs et pulsions pour abandonner. Je me disais dans mon for intérieur que je ne suis pas encore prêt, et qu’un jour, quand je prendrai mon engagement, je suivrai Dieu. Je comptais sur mes propres forces et sur une décision personnelle pour suivre le Read More
  • Fruit d'une vie motivée par Christ

    Mon père nous enseignait la Parole quasiment chaque jour, nous allions en famille très régulièrement dans les conventions évangélique, les nuits de prières des grands hommes de Dieu ( Zacharias Tanée Fomum appelé frère Zach, Jean-Pierre Kembou, etc.). De même, j'étais très assidu à l'école du dimanche et je maîtrisais la plupart des histoires de la Bible par coeur. J'aimais écouter mon père prêcher et quand je me rendais à l'école en semaine, je prêchais avec la même gestuelle à mes camarades. Malgré cette discipline extraordinaire, j'étais un menteur, un voleur, un enfant immoral ... Je savais que tous les pécheurs iront en enfer. Cela était une certitude dans mon coeur depuis mon enfance mais je péchais. Je me rappelle que je convoitais certaines mamans à l'église et j'appartenais à un petit groupe de voleurs de gâteaux. J’étais pourri. Et chaque dimanche quand on demandait qui veut donner sa vie à Jésus, je levais la main et c'était une routine. Certains de mes frères et moi avions développé une philosophie biblique : "Crois au Seigneur Jésus et tu sera sauvé toi et ta famille " et la je me disais papa et maman ont crus alors je suis sauvé rien à faire. En mars Read More
  • Libérée de l'impudicité

    Mes parents nous ont appris assez jeunes qu'il y avait un Dieu et que c'est de Lui que dépendent toutes choses. Nous allions à l'église et participions à plusieurs activités. Papa est enseignant de formation. Pour son travail, nous avons déménagé quelques fois. C'était toujours un déchirement de partir d'une ville et d'un établissement pour un autre. Quand j'ai grandi, vers l'âge de 9 ans, j'ai commencé à lire des livres dits à l'eau de rose type Harlequin. Ils m'ont amené via mon imagination dans le monde de la sensualité et de l'érotisme. J'imaginais les scènes dans ma tête, je créais d'autres scénarios ou j'étais l'héroïne... Vers 14 ans, cela m'a conduit petit à petit à désirer vivre moi même ce genre de vie. J'étais curieuse du sexe mais en même temps je voulais attendre le mariage. Sans mettre le nom sur cela, car je ne savais pas ce que c'était, j'ai commencé à me masturber. A chaque fois, à la fin, je me sentais sale et bonne à jeter, mais je n'arrivais pas à arrêter. C'était bien triste. Mais bon, j'essayais de ne pas y penser. A côté de ça, mes études se passaient bien et je me disais Read More
  • L'éternité est une réalité pas une fable

    J'aimais Dieu et cette pratique avait fait de moi une bonne religieuse jusqu'à ma deuxième année. Je rencontre un jeune homme en classe de première qui me parle de Jésus-Christ.... Ce jour là j'admets mon péché et je crois de manière sincère.... J'avais 12 ans. Nous avons formé ensuite un groupe d'élèves ayant connu le réveil à l'internat. Le Seigneur nous multipliait à tel point sorte qu’il nous était interdit d'avoir des rencontres de prière en dehors des heures de cultes. Nous étions souvent punis, suspendus de cours et pour certains même, renvoyés pour cause de rassemblement sectaire. Mais cela ne nous a pas empêché de croire. Nous recevions de plus des lettres, des magazines des ONG chrétiens et étions encouragés à tenir ferme. J’aimais Dieu et mon souci était d'évangéliser tout mon internat. Jusqu'à mes 17 ans, année de mon BAC, j'ai servi Dieu de manière fidèle, haïssant le péché, et amenant plus d'une trentaine de personnes à Christ dans cet internat. Quitter ce lieu, ayant terminé mes études, m'avait rendu tellement triste car j'avais trouvé une famille et le fait de demeurer ensemble m'avait préservé de beaucoup de chose. Ce qui a poussé mes tantes (les sœurs de Read More
  • Affranchi du masque du moi

    Lorsqu’on me demandait de faire quelque chose je disais cette célèbre phrase « je suis fatiguée ».  Et donc avec ce genre d’attitude, mes parents me comparaient à d’autres personnes et à ma sœur qui s’en sortaient bien. Cela me frustrait car ce qu’on disait de moi n’était pas faux mais c’est le fait de me comparer aux autres qui ne passait pas du tout. De ce fait, je m’enfonçais et vu que je ne pouvais pas sortir avec mon frère et ma sœur, je me réconfortais dans la télé. J’étais devenue une adoratrice de la télé. Et bien plus tard j’ai commencé à regarder les films pornographiques qui m’ont conduit à me masturber. Au fond  de moi je savais que ce n’était pas bien mais je fus encouragé à le faire lorsque j’ai lu dans un journal que le fait de se masturber me permettait de mieux connaître le fonctionnement de ton corps. Donc j’ai continué  à le faire. La solution que j’ai trouvé pour éviter de souffrir face aux frustrations liées à la comparaison, c’était de me créer un masque/ une bulle dans laquelle je suis le centre et je connais tout, je sais tout, je suis parfaite Read More
  • Délivré du complexe monoparental

    Mon frère aîné, celui qui me précède, était très paresseux à cette époque et pour lui les filles (mes petites sœurs et moi) devaient tout faire. J'instaurais donc une loi: celui qui ne fait pas sa tâche assigné le matin n'a pas “l'argent de beignets”. C'était aussi le début de mes problèmes. Quand je lui refusais l'argent, mon frère me battait. Les voisins intervenaient et on l'obligeait à faire sa tâche. Par la suite je lui remettais l'argent. M'étant habitué à bagarrer avec les hommes, je suis devenue très querelleuse: j'aimais la bagarre avec les jeunes comme les adultes. Avec mes camarades, je prenais des rendez-vous pour des bagarres et puisque je ne m'en sortais, j'allais de bagarre en bagarre et j'attristais le cœur de ma mère. Un jour, une nouvelle voisine est arrivée dans notre quartier et j'ai pensé essayer de la provoquer. Mais je l'avais vu taper une fille et j'ai eu peur. Elle m'a donné rendez-vous ce soir-là puisqu'on allait en classe le matin et revenions à midi pour repartir à 14h. A 14h, j'ai dis à ma mère que j’étais malade car j’évitais la bagarre: j'avais trouvé plus forte que moi. Je ne suis pas allé Read More
  • Le pardon immérité

    Je lui ai demandé si je pouvais l'accompagner, elle ma dit oui tout de suite. Là-bas, j'ai tout de vite été adoptée et admise dans le groupe de la chorale. (C'est de là qu'est née cette passion pour le chant et qui ne m'a jamais quitté) Je me sentais bien dans cette atmosphère, il y avait là quelque chose de différent que je n'avais jamais expérimenté et qui me fascinait. La même période j'ai participé à une grande campagne durant laquelle notre chorale animait. Ma tante a tout de suite contacté ma mère pour lui dire que j'étais rentrée dans une secte. Quand ma mère est arrivée j'ai pu expérimenter ce que c'est que de recevoir le fouet pour Jésus. Bref quand elle est partie après m'avoir fait juré de ne plus y aller, j'y suis quand même retourné.... Tout ceci pour dire que c'est de là qu'est parti le déclic d’un amour véritable pour Dieu. A mes 14 ans je continuais ma marche de petite chrétienne sournoise, mentant, trichant rancunière à souhait , une vraie petite bagarreuse: mon adversaire favorite était ma grande sœur. Je me comparais à elle je lui disais que un an de différence d'âge ne même Read More
  • Mon coeur dur a été changé

    Read More
  • L'amour de Christ à combler mon coeur

    Read More
  • J’étais un idolâtre, j’idolâtrais mon père

    Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Contact Info

CMCI SUD FRANCE
2 Chemin du pigeonnier de la cépière Bat D Rez de chaussé
31100 Toulouse, France

Mail : contact @cmcisudfrance.org
Bureau : +33(0)5.62.17.76.50
Mobile : +33(0)6.60.35.05.81

 

Conquête du Monde

We Support World conquest